Les ménades et ménadons

Qui sont les Ménades ?

Beltaine étant la fête du printemps, elle est aussi la fête de la sensualité et des amours naissants. Cette dimension charnelle est incarnée par les Ménades, des personnages dénudés aux corps parfois peints de symboles et d’entrelacs ou encore totalement recouverts de peinture rouge (comme le font nos cousins d’Écosse, mais c’est pourquoi nous préférons privilégier les premières options).

Historiquement, les Ménades étaient des adeptes du bon dieu Dionysos/Bacchus. Lors des processions rituelles dans les rues des villes de Grèce ou de Rome, elles entraient en transe et déchiraient leurs vêtements jusqu’à se retrouver complètement nues ou presque. Parfois même ces processions se clôturaient par une orgie sacrée, car les Ménades incarnaient le « Feu de la Vie » et les forces créatrices de celui-ci.

Pas d’orgie au programme de Beltaine ! Mais les Ménades sont bien présentes. Leur rôle est extrêmement important, car ce sont elles qui, de par leur vitalité, permettent à la Reine de Mai de retrouver ses pouvoirs et de faire ressusciter le Cornu, le fier amant de la Souveraine. En outre, elles sont le véritable contre-pieds de l’austérité morale et des privations incarnés par le Roi de l’Hiver et ses sbires. Elles sont la joie, la liberté, la Vie.

Le costume

Le costume des Ménades est assez simple : une étoffe légère autour de la taille ou en cachesexe, une couronne de feuilles de lierre (symbole de vitalité), des peintures corporelles
(symboles simples, entrelacs) et, éventuellement, un thyrse. Le thyrse est le sceptre traditionnel des Ménades : il s’agit d’un grand bâton décoré de lierre et sur lequel est fixé une pomme de pin. Pour les Ménades qui ne veulent pas être reconnus sur les photos de l’événement, un bandeau à franges cachant le visage peut être fixé au front.

Note : Tout comme les Belles de Mai, les Ménades peuvent être incarné par des hommes.