Les esprits de la nature

À ne pas confondre avec les Hommes-Bêtes du Roi de l’Hiver, qui sont des créatures sinistres, les Esprits de la Nature, eux, sont des êtres bienveillants. Il existe deux catégories d’Esprits de la Nature : les Esprits Animaux et les Esprits Végétaux.

Récapitulatif

  • Qui sont les esprits de la nature ?: Camp de l’été, esprits animaux et végétaux
  • Inspirations : Génis des lieux esprits des forêts
  • Costumes : Costumes zoomorphiques ou de style végétal
  • Les masques : Animaux ou végétaux
  • Items : Plumes, bâtons, petits instruments musicaux
  • Comportement pendant le rituel: Dépend du comportement de l’esprits : vifs, coléreux, calme, timide.
  • Difficultés particulières : Faire le bon choix de son personnage, car il y a une très grande diversité d’esprits de la nature
river with rocks

Qui sont les esprits de la nature ? 

Les esprits de la nature présents à Beltaine sont les alliés de Sylvana et de Faunus. Ils sont les esprits sauvages gardiens des forêts, des rivières, des champs, des montagnes, et des animaux qui y vivent. 

Chaque esprit a un rôle précis à jouer. Il n’est pas seulement le gardien d’un lieu, d’une plante ou d’un animal, il est aussi le gardien d’un comportement, d’une humeur, d’une saison, d’une émotion… Tous les esprits  sont au coeur de l’équilibre de leurs propres écosystèmes. C’est avec eux, et Sylvana, que la Reine de Mai naît et grandit, avant de reprendre son trône à Beltaine.

Ils sont à ne pas confondre avec les trolls, autres esprits de la nature cherchant à maintenir l’Hiver en place. 

Au fur et à mesure de cette lecture, vous découvrirez que les esprits de la nature sont presque impossible à définir et catégoriser et sont plus nombreux qu’on ne se l’imagine.

aerial photography of forest

Inspirations

Il est impossible de quantifier ou classifier les esprits de la nature sur un panthéon précis. 

La croyance aux esprit de la nature ne relève pas d’une mythologie spécifique. Leur culte se rapproche de l’animisme sous des formes multiples.

Sur tous le continents, les différentes formes d’animisme dans l’histoire ont tenté à leur façon de percevoir ces esprits et de les représenter. 

Les exemples sont nombreux : Les Aborigènes d’Australie, les Samis de Scandinavie, les peuples de la péninsule Indochinoise… Etc.  

Ils sont protecteurs d’une zone précise et limitée dans l’espace et parfois le temps : esprits d’une rivière, d’un arbre, d’une pierre, d’un étang, d’une forêt, d’un marais, d’un champs, d’une saison… Selon la puissance d’un esprit, ce dernier peut être considéré comme un dieu par les hommes. Dans ce contexte, même les définitions sont difficiles à appliquer. 

Les symboles changent de forme, mais les besoins restent les mêmes. La croyance aux esprits de la nature crée une grande diversité de cultes locaux, voir presque individuels.  La vision chrétienne du monde, et d’autres religions, n’ont réussi à éteindre ce besoin de développer des cultes à petite échelle, permettant une appartenance identitaire plus forte. On pourrait donc presque rapprocher ces cultes animistes avec ceux des saints locaux.  

Il y a une trace plus ou moins grande de l’animisme dans presque toutes les formes de croyance ancienne ou nouvelle. Cela ne veut pas nécessairement dire que l’animisme est forcément la première religion du monde. Cette vision a souvent été critiquée par les chercheurs au cours de l’histoire.

Vous l’aurez donc compris, faire l’histoire des esprit de la nature, c’est faire l’histoire du monde et de l’humanité, une tâche impossible à remplir sur cette fiche.

C’est pourquoi nous vous proposons cette vision des esprits de la nature, parmi tant d’autres. 

Les esprits … mais de quelle nature ? 

Le mot “nature” est un terme large et confus. Malgré son attribution d’usage aux milieux naturels (forêts, rivières, montagnes, prés…), la définition du mot englobe aussi l’homme et le monde qu’il a créé depuis son évolution. En ce sens, il est important de comprendre que l’homme et son monde, font aussi partie de la nature. 

Tous les esprits de la nature ne participent donc pas forcément au retour de la Reine de Mai. 

La question serait plutôt :  quels esprits viennent à Beltaine ? Quelle nature cette fête célèbre-t-elle ?

Le Grand André, deux têtes de loups et trois têtes d’hommes en relation avec le loups
d’après Charles Le Brun (1619-1690)

Quels esprits viennent à Beltaine ?

Les esprits de la nature qui participent à Beltaine sont surtout les esprits de la faune et la flore. Ceux qui règnent sur les forêts, les champs, les insectes, les sources, les oiseaux etc… 

Car Beltaine est la fête en l’honneur d’un retour de la force vitale des forêts, des sources, la terre… 

Pour les esprits de la nature, Beltaine est plus qu’une fête pour la Reine de Mai. Fête recréée en plein XXIè siècle à partir de sources anciennes, elle n’est pas simplement la fête du printemps et de la fin de l’hiver, c’est un rituel puissant pour que le monde de Sylvana et de Faunus, le monde naturel d’où vient l’Homme, retrouve sa puissance, sa biodiversité et sa dignité. 

Pour les esprits de la nature de la Faune et la Flore, Beltaine est une fête pour leur survie.

Cette vision du rituel s’inspire très clairement du drame écologique que nous vivons.

Le rituel des Feux de Beltaine est un espoir pour les participants en l’honneur de notre planète et de notre survie. 

Il y a aussi des esprits dans les villes ? 

Dans le culte de Sylvana, l’homme ne fait qu’un avec la nature verdoyante de notre planète. Mais il s’en est éloigné en évoluant et en créant ses civilisations, en errant et en voyageant. Dans son errance, il a créé d’autres mondes, d’autres natures, où vivent d’autres esprits mystérieux… 

En effet si vous êtes attentifs durant votre quotidien, vous rencontrerez d’autres esprits de la nature présents dans les forces vitales (considérées comme artificielles) qui vous entourent: conduits électriques, vitesse des métros, tuyaux de plomberie,  robots. Ils peuvent aussi être présents dans certains lieux particuliers, les bibliothèques, les hôpitaux, les transports, les jardins de ville, les fontaines, les restaurants… etc. Les grandes villes et capitales, comme les lieux déserts, ont leurs enchantements propres. 

Certains esprits de la nature peuvent aussi voyager, et vivre de façon ambivalente dans les écosystèmes naturels ou bien les grandes villes. 

Les esprits de la nature ne sont donc pas uniquement les esprits d’une nature verdoyante et séparée du monde humain. Ils sont partout, et ils sont libres. Il n’ont d’ailleurs pas besoin d’un culte humain pour exister.

Dans les forêts ou bien dans les ville les plus polluées, les esprits appartiennent aux natures multiples de l’univers, éternellement mystérieuses et énigmatiques, qui répondent à notre besoin d’enchantement au quotidien.

Notre vie est parsemée de rencontre avec eux, en voyageant, en grandissant, en changeant d’humeur, en tombant malade, en guérissant, en changeant de vie, en riant et en pleurant… 

C’est pourquoi la cohabitation avec ces esprits doit se construire avec soin, et peut devenir bonne ou parfois mauvaise pour vous, en forêt ou en ville. 

red fox illustration

A quoi servent les esprits de la nature ? 

La base de nos ressources terrestres

Chaque élément où l’esprit est présent, est un univers à part entière. Plus qu’une zone géographique, chaque écosystème gardé par un esprit est un lieu vital pour l’équilibre mondial naturel, physique et psychique. A leur échelle locale, le destin du monde se joue.

Leur rôle est donc primordial, car ce sont eux qui font fonctionner le monde, font pousser les forêts, fleurir les prairies, et tomber la pluie, et mûrir les fruits. Ils font grouiller les insectes, font pousser les racines et les bourgeons, donnent une force motrice aux animaux pour leur course et leur envol. 

Sans eux, la terre n’existerait tout simplement pas car elle n’aurait pas eu les ressources pour que les civilisations se créent. 

Un rôle à jouer dans un monde complexe

Chaque esprit gérant un écosystème particulier et limité, les esprits de la nature ne restent pas non plus enfermés dans leurs zone sans créer de lien avec l’extérieur. Bien au contraire, ils possèdent une puissance collaborative très importante. 

Ils sont inter-connectés et communiquent avec d’autres esprits proches (comme l’esprit d’une pluie qui communique avec les racines d’un arbre qu’elle nourrit, ou celui d’une ruche, communiquant avec le pollen des fleurs) pour que la nature continue de vivre. 

Les esprits sont comme des fils, qui se tissent entre eux, pour former la magnifique et complexe tapisserie du monde. En somme, comprendre les esprits de la nature, c’est comprendre cette complexité du monde et de l’Homme.

Un groupe guidé par Faunus et Sylvana

Dans les écosystèmes de Faunus ou Sylvana, ces derniers veillent à l’équilibre général entre les esprits pour que le tissu du monde continue. Mais ils ne sont ni leur roi ou reine, ni leur chef. Les esprits sont leur propre chef et possède une très large liberté d’action. Cela explique la présence de nombreux conflits entre les espèces animales et végétales, notamment en milieu sauvage (invasion d’espèces trop nombreuses, maladie contagieuse dans les arbres, sécheresse, un feu qui dévore une forêt etc…). 

Ces deux personnages énigmatiques protègent les esprits de la nature, les développent, les soignent, trouvent une solution à un conflit entre certains. Sylvana et Faunus  sont les deux meneurs des esprits de la nature du côté de l’été à Beltaine, tandis que les Trolls, sont plus proches de Mara, épouse du Roi de l’Hiver. 

Apparences et costumes

Des apparences diverses

Comme nous l’avions dit, les esprit de la nature qui participent à Beltaine appartiennent surtout aux milieu sauvages et non domestiqué par l’homme.

Il est le groupe le plus diversifié car ils sont une réunion d’une multitude d’espèces différentes de plantes et d’animaux sauvages. Les participants sont donc libres de choisir un animal sauvage ou une plante, un élément particulier et de se fondre dans leur costume.

Les oiseaux portent un costume de plume, les mammifères portent la plupart du temps des fourrures, les arbres portent leurs écorces et leurs fleurs. Les poissons et autres espèces aquatiques portent aussi leurs écailles ou carapaces .

Les esprits peuvent avoir des apparences mi-homme mi-animal mi-végétal, ils sont capables de changer de forme et d’arborer un visage spécifique lors de la cérémonie de Beltaine. 

Les attitudes et humeurs varient aussi bien que leurs costume : Certaines espèces seront plus réservées, douces et calmes, d’autres plus combatives, vives et enjouées. A vous de choisir l’esprit qui convient à votre humeur.

Comment réaliser le costume d’un esprit de la nature ? 

Lièvre, rossignol, sanglier, chêne, aigle, crapaud, poisson…, le participant est libre de choisir l’esprit de la nature qui lui convient le mieux, à partir du moment où le costume rend hommage à cet esprit. 

Le festival des Feux de Beltaine exige une qualité esthétique du costume et que ce dernier soit réalisé avec des matières naturelles. 

Vous pouvez réaliser des masques à l’image des animaux, en papier mâché, ou bien portant l’écorce de l’arbre que vous préférez. Vou pouvez aussi prendre une forme mi-homme, mi-animale, ou mi-animale, mi-végétale, etc… 

Pour trouver de l’inspiration nous vous invitons à vous promener en forêt et au cours de votre promenade, rassembler des objets, feuilles, bâtons, plantes, écorces, pierres, qui arborent votre costume. N’hésitez pas à lire des livres d’histoire naturelle, regarder des documentaires, observer vos compagnons chats et chiens, et même discuter avec eux… Peut être rencontrerez-vous un esprit qui vous aura marqué et que vous pourrez représenter à Beltaine. 

C’est pourquoi Beltaine n’est pas seulement une expérience le jour même, c’est une expérience que vous créez avec votre personnage, et qui dure toute l’année, qui fait partie de votre chemin. 

Cet exercice peut être particulièrement intéressant pour les enfants, afin de développer leur imagination, et leur goût pour le travail manuel.

Le mystère des esprits de la nature

Chaque esprit est une porte semi-ouverte vers plus de mystère. Les esprits nous rencontrent, même si nous ne les voyons pas toujours. Ils peuvent apparaître aux yeux, aux oreilles ou aux coeurs des humains. 

Ce n’est pas au travers d’une vision quantitative qu’il faut comprendre les esprits de la nature. Le but n’est pas de les classer, ou de les collectionner dans notre intellect. Le but est plutôt de vivre la relation avec eux le temps qu’elle dure. 

Dans les milieux sauvages, ces esprits de la nature représentent, à la fois, l’éternel mystère d’une nature que l’humain a un peu oublié mais qu’il peut retrouver, car ils offrent aussi la possibilité d’un nouveau dialogue.  Ils sont un chemin que l’humain peut emprunter, en dialoguant, conversant avec eux, et enfin, reconstruire un lien.  

Rencontrer un esprits de la nature, c’est entrer en contact avec cette nature (qui n’a pas besoin de définition, encore moins de domination), et simplement comprendre que l’homme n’est pas seul, en ville ou en forêt. 

Bibliographie

Mircea ELIADE, Nicole SINDZINGRE, « ANIMISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020.

M. AUGÉ, Le Génie du paganisme, Gallimard, Paris, 1982 ; Le Dieu objet, Flammarion, Paris, 1988